Bretoncelles : une paroisse du Perche du XVII au début du XIX siècle.

05 mai 2017

Les seigneurs de Bretoncelles.

  Le présent article se propose de présenter les différents personnages qui ont porté le titre de seigneur de Bretoncelles. Notre propos s’appuie sur des études souvent anciennes, généalogiques ou héraldiques. Un certain nombre de ces éléments ont déjà fait  l’objet de publication en particulier dans les cahiers percherons. [1] Il ‘agit de faire le point sur des données très éparses mais plus faciles d’accès grâce à Gallica ou Google Books. Les renseignements disponibles ont été complétés  avec nos propres données... [Lire la suite]

07 mars 2017

La confrérie de charité de Bretoncelles Vers 1668 – 1792

  Comme nous l’avons annoncé dans l’article « Mourir à Bretoncelles au XVII e XVIII e siècle. 2 ème partie » publié dans ce blog, la présente contribution a pour objectif de dresser un état des lieux de nos connaissances sur la confrérie de charité de Bretoncelles. Notre principale source est les statuts de la confrérie. Nous l’avons complétée avec des renseignements tirés des registres paroissiaux de Bretoncelles, des visites pastorales du représentant de l’Evêque de Chartres en 1713 et 1717 et de quelques inventaires... [Lire la suite]
06 mars 2017

Les inhumations dans l’église St-Pierre de Bretoncelles 1640-1771

  « ... contrairement à ce que l’on pourrait penser spontanément, le cimetière n’est pas, sous l’Ancien Régime, le lieu où les fidèle sont enterrés. L’idéal, pour les hommes de cette époque, demeure l’inhumation dans l’église, à tel point que certaines paroisses n’ont aucun cimetière. » rappelle Jacqueline Thibaut-Payen dans « Les morts, l ‘Eglise et l’Etat dans le ressort du parlement de Paris aux XVII è et XVIII è siècle »[1] ; ouvrage sur lequel nous nous appuyons pour rédiger cette... [Lire la suite]
03 mars 2017

Mourir à Bretoncelles au XVII e XVIII e siècle. 2 ème partie.

  Dans cette deuxième partie, nous évoquerons l’attitude adopter par les bretoncellois et les bretoncelloises devant  la mort puis nous nous intéresserons au cérémonial tant dans son déroulement que ses coûts. Préparer sa mort  Le 9 mars 1698, Jacques Couillin, âgé de 70 ans meurt après une longue maladie. [1] En août 1705, Marie Dutartre femme de Noël Hardy, manœuvre décédait, « en langueur » à l’âge de 35 ans. [2] Comment ces deux personnes, à l’instar de leurs compatriotes, ont-elles préparé leur... [Lire la suite]
02 mars 2017

Mourir à Bretoncelles au XVII e XVIII e siècle. 1ere partie

Au même titre que leurs contemporains, les bretoncellois et bretoncelloises sont régulièrement confrontés à la mort. Elle est présente à travers la terrible ponction effectuée sur les enfants et la succession des funérailles qui en découlent, plusieurs par jour en période de crise. Elle s’inscrit aussi dans le paysage avec le cimetière paroissial, « lieu ouvert qui est à la fois l’objet du respect de tous et un lieu de vie… »[1] A Bretoncelles, il est situé près de l’église, au cœur du bourg. Elle envahit aussi le paysage... [Lire la suite]
27 février 2017

Le mariage : cérémonie, veuvage, remariage et célibat

  Cette troisième partie consacrée au mariage est axée, après quelques propos sur les fiançailles, sur deux aspects de la cérémonie : son moment et les témoins. Puis, nous nous intéresserons à la rupture de ces unions à travers leur durée, le veuvage et le remariage. Enfin, nous évoquerons ceux qui en sont exclus : les célibataires. Les fiançailles « Le concile de Trente a encouragé à faire des fiançailles religieuses une institution bien distincte du mariage, en rappelant que toute cohabitation avant le mariage... [Lire la suite]

19 janvier 2017

Le mariage : des règles rigoureuses mais une application souple

  Cette deuxième partie de notre étude sur les mariages bretoncellois porte sur leur validité aux yeux de l’Eglise, elle se penche sur les différentes dispenses accordées aux unions bretoncelloises.   La validité du mariage. Si pour l’Eglise, seul l’accord des deux contractants suffit pour valider l’union, dans les faits le mariage a des conséquences qui impactent les familles respectives des époux. La transmission du nom, de biens a des répercutions sur la société civile. Pour lutter contre les unions clandestines, un... [Lire la suite]
22 décembre 2016

Le mariage: le choix du conjoint

  « Dans la société chrétienne d’Ancien Régime, le mariage est à la fois un acte religieux, de ce fait largement réglementé par l’Eglise, et un acte social influencé par des considérations politiques, économiques et culturelles. »[1] Cette première partie portera sur les éléments concernant le choix du conjoint à savoir : le consentement des parents, l’assortiment de l’union. Le mariage après le concile de Trente.  Face à l’offensive protestante, le mariage devient un des principaux thèmes débattus au... [Lire la suite]
23 novembre 2016

Baptiser et prénommer le nouveau-né

Lorsque l’issue de l’accouchement était favorable, il fallait sans tarder procéder au baptême car  l’espérance de vie des nouveau-nés était souvent réduite.  Si le pronostic vital de l’enfant était menacé, «  à cause de péril de mort » comme le notait le curé, on procédait à l’ondoiement, c’est cette pratique qui dans un premier temps va nous intéresser. Nous aborderons ensuite le baptême « classique » à travers le choix du parrain et de la marraine et celui du prénom. Les ondoiements  « Le... [Lire la suite]
Posté par jfluce à 12:52 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , ,
20 octobre 2016

La naissance : un moment périlleux

  Dans cet article, nous allons nous intéresser à ce moment à la fois heureux et dangereux. Il sera principalement centré sur les femmes  (les mères, les aidantes) et les drames de la mortalité en couches. Le sort des nouveau-nés, présents indirectement à travers les documents cités,[1] sera abordé ultérieurement dans un article sur la mort. Pour les populations, à cette époque, « La naissance revêt un aspect religieux fondamental. L’enfant est un don de Dieu. » [2] Si l’Eglise valorise la femme qui met au monde... [Lire la suite]