07 mars 2017

La confrérie de charité de Bretoncelles Vers 1668 – 1792

  Comme nous l’avons annoncé dans l’article « Mourir à Bretoncelles au XVII e XVIII e siècle. 2 ème partie » publié dans ce blog, la présente contribution a pour objectif de dresser un état des lieux de nos connaissances sur la confrérie de charité de Bretoncelles. Notre principale source est les statuts de la confrérie. Nous l’avons complétée avec des renseignements tirés des registres paroissiaux de Bretoncelles, des visites pastorales du représentant de l’Evêque de Chartres en 1713 et 1717 et de quelques inventaires... [Lire la suite]

06 mars 2017

Les inhumations dans l’église St-Pierre de Bretoncelles 1640-1771

  « ... contrairement à ce que l’on pourrait penser spontanément, le cimetière n’est pas, sous l’Ancien Régime, le lieu où les fidèle sont enterrés. L’idéal, pour les hommes de cette époque, demeure l’inhumation dans l’église, à tel point que certaines paroisses n’ont aucun cimetière. » rappelle Jacqueline Thibaut-Payen dans « Les morts, l ‘Eglise et l’Etat dans le ressort du parlement de Paris aux XVII è et XVIII è siècle »[1] ; ouvrage sur lequel nous nous appuyons pour rédiger cette... [Lire la suite]
03 mars 2017

Mourir à Bretoncelles au XVII e XVIII e siècle. 2 ème partie.

  Dans cette deuxième partie, nous évoquerons l’attitude adopter par les bretoncellois et les bretoncelloises devant  la mort puis nous nous intéresserons au cérémonial tant dans son déroulement que ses coûts. Préparer sa mort  Le 9 mars 1698, Jacques Couillin, âgé de 70 ans meurt après une longue maladie. [1] En août 1705, Marie Dutartre femme de Noël Hardy, manœuvre décédait, « en langueur » à l’âge de 35 ans. [2] Comment ces deux personnes, à l’instar de leurs compatriotes, ont-elles préparé leur... [Lire la suite]
02 mars 2017

Mourir à Bretoncelles au XVII e XVIII e siècle. 1ere partie

Au même titre que leurs contemporains, les bretoncellois et bretoncelloises sont régulièrement confrontés à la mort. Elle est présente à travers la terrible ponction effectuée sur les enfants et la succession des funérailles qui en découlent, plusieurs par jour en période de crise. Elle s’inscrit aussi dans le paysage avec le cimetière paroissial, « lieu ouvert qui est à la fois l’objet du respect de tous et un lieu de vie… »[1] A Bretoncelles, il est situé près de l’église, au cœur du bourg. Elle envahit aussi le paysage... [Lire la suite]